Réchauffement climatique et influence de notre soleil

Pour mon premier billet en rapport aux sciences et à la nature, je souhaite mettre en lumière une déduction qui me turlupine beaucoup en ce moment : Quelle est l’influence du soleil sur le climat de la terre? Je prends donc ma plume virtuelle et les moteurs de recherche de l’internet pour nous fournir des réponses.

Le soleil est l’acteur majeur de notre climat. En effet, à chaque instant il délivre en moyenne 1368 W/m2 d’énergie thermique à notre planète. Les variations de son activité sont de mieux en mieux connues depuis ces dernières années, notamment avec l’envoi des sondes SOHO, qui ont pour but de photographier la surface du soleil.

Mais pourquoi n’est-il pas pris en compte dans les analyses faites par les climatologues tels que le fameux et célèbre groupe international d’étude du climat, le GIEC? L’incompréhension me touche d’autant plus lorsque je tombe sur l’article du site internet Futura-Sciences ne faisant pas le lien de causalité évident entre les fortes chaleurs de cet été en Europe et l’activité solaire croissante de ces derniers mois. En effet, les chaleurs de cet été n’ont aucunement été mises en relation avec les récentes et nombreuses explosions solaires.

Pour rapidement vulgariser le sujet, plus le soleil fait apparaître de tâches à sa surface, plus son activité interne est importante, plus des explosions se produisent et éjectent de sa matière dans l’espace. Ainsi autour de 2007, le soleil n’a montré aucune activité extérieure pendant de longs mois, ce qui fut sa phase de repos. Depuis qu’il s’est remis à faire apparaître des tâches sur sa surface, elles sont de plus en plus nombreuses et les projections de particules chargées se multiplient. Ceci était prévu par les scientifiques puisque l’activité de notre soleil va atteindre son pic d’intensité vers le début 2013 et effectuer sont inversion polaire; ce qu’il le fait tout les 11 ans.

Donc quelles sont les conséquences? Si un nuage de ces gaz vient à percuter la terre, notre champ magnétique terrestre nous protégeras en déviant ces particules vers les pôles, formant des aurores boréales. Et si l’intensité augmente, cela peu venir à griller des satellites, voire créer des tempêtes électromagnétiques qui brouillent les ondes radio et télévision.

Mais les phénomènes qui, à mon humble avis, pourraient influencer d’autant plus notre climat sont les variations de forme et d’intensité de la magnétosphère terrestre. Comme introduit précédemment, son effet protecteur dévie les particules en provenance de l’étoile, mais lorsque son intensité est faible ou désordonnée, il se produit des brèches qui laissent entrer ces particules dans l’atmosphère. Leur première manifestation sont donc les aurores boréales.

Ce champ magnétique est actuellement très mal compris, c’est pour cela que de nombreux scientifiques tentent de simuler les variations futures en fonction de celles mesurées par le passé. Récemment le laboratoire de simulation du champ magnétique terrestre de Los Alamos au Nouveau Mexique a confirmé la forte probabilité d’inversion du champ magnétique terrestre, mais surtout leur nouveau modèle fait apparaître que cette inversion pourrait se produire en seulement quatre années.

Pour moi la question est: puisque nos simulations prédisent cette inversion et que nos mesures montrent un affaiblissement de la magnétosphère, n’aurait-elle pas déjà commencé? Sur ce point je suis infructueux dans mes recherches. Si vous avez des sources scientifiques, je vous en serais redevable.

Le phénomène qui attire mon intérêt et prend tout son sens – sans mauvais jeux de mots -, puisque nous nous approcherons de l’inversion du champ magnétique solaire, est le couplage entre le champ magnétique solaire et terrestre. Mais l’explication scientifique en laisserait plus d’un sur le carreau…

Au final, notre compréhension du système soleil-terre en matière de champ magnétique en est à ses balbutiements si on la compare à d’autres sujets scientifiques comme ceux étudiés au LHC par exemple. Mais il me semble primordial de faire l’analyse de ce système car son influence sur le climat est bien plus importante que nous ne l’avons évalué par le passé.

MaJ: Comme il m’a fallu pas mal de temps pour écrire ce billet et trouver toutes ces sources, j’ai pu constater que le soleil va faire partie de la cohorte des facteurs influençant le climat pour les futures études du GIEC.

Je compte grandement sur vos commentaires et vos questions afin de rendre ce blog un peu plus interactif. Merci pour votre lecture, j’espère avoir rendu de sujet un peu plus abordable.

Les fruits cultivés bio sont meilleurs pour votre santé

Ça y est, c’est prouvé, en tout cas pour les fraises.

Une étude, nous provenant de l’université de Washington, est parue récemment. Elle couvre de nombreux domaines d’étude allant de la génétique, à l’horticulture, la vie microbienne des sols, la nutrition et les statistiques (au travers de tests gustatifs). Elle avait pour but de comparer les fraises cultivées suivant les normes de culture biologique et celles cultivées suivant la méthode classique -à ne pas confondre avec la méthode traditionnelle-.

Le résultat est significatif, les produits bio ont une valeur nutritionnelle plus importante, notamment pour les antioxydants, la vitamine C et de phénols. Ils tiennent plus longtemps après leur récolte mais contiennent moins de minéraux.

Les panels de consommateurs ont plébiscité davantage les fruits bio. Mais le résultat le plus significatif pour moi, est la différence de population et la diversité génétique des sols où les fraises bio ont été cultivées. En effet, si un sol s’appauvrit trop pour donner la vie, à terme il sera de moins en moins généreux. Voir la valeur « microbial biomass » dans le tableau #6. Elle est au moins deux fois plus importante en faveur de la culture biologique.

Source: PLoS ONE

Via: Futura-Sciences

Les grenades florales

Une brillante idée nous est donnée  par nos confrères anglais en matière de renaturalisation des villes. Ils nous proposent des grenades emplies de graines. Attention rien d’explosif ne pourrait vous sauter à la gueule dans un premier temps, il ne s’agit que de graines de plantes sauvages.

Ce qui risque de sauter c’est le moral des employés municipaux…

Source: Guérilla Gardening via Futura-Science